Accueil Automobile Point sur le marché automobile avec la crise du Covid-19

Point sur le marché automobile avec la crise du Covid-19

27/04/2020
Point sur le marché automobile avec la crise du Covid-19

La crise sanitaire causée par le coronavirus a fortement impacté l’économie mondiale dans tous les domaines. Le marché de l’automobile est aussi gravement touché. De plus l’annonce du confinement en France, la vente de voitures a connu une chute vertigineuse. Tous les types de véhicules sont concernés : neufs ou occasions, légers ou lourds, diesel, à essence ou hybride. Les mesures de confinement empêchent les clients et les consommateurs à se rendre auprès de leur concessionnaire pour acquérir une voiture. Face à cette situation qui met en péril le secteur automobile, tous les acteurs doivent trouver des parades pour relancer le marché.

La situation actuelle du marché en France :

Les industriels sont dans une situation difficile et inquiétante. Depuis la propagation du virus du Covid-19 en décembre 2019. L’industrie automobile a tourné au ralenti en Europe. Les échanges commerciaux entre les pays européens et la Chine ont été impactés du fait de l’arrêt de fabrication et d’envoi des pièces de voitures nécessaire au montage et à la fabrication. C’est pour cette raison que la production est soit arrêtée ou soit suspendue. Par ailleurs, tous les pays et notamment la France ont connu une baisse conséquente de ventes de véhicules. Depuis, toutes les usines de fabrication sont au point mort et ont cessé de produire. Par rapport au mois de mars de l’année dernière, la vente de véhicules neufs a baissé de 72%. Une situation jamais observée depuis près de 50 ans en France. Selon les analystes, l’effondrement du marché a débuté une semaine avant l’annonce du confinement. Cette baisse concerne les véhicules neufs toute marque et tout type confondus.

Les ventes de véhicules neufs condamnées :

Selon le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA), il n’est plus possible de rattraper la baisse colossale des ventes de véhicules neufs enregistrée au premier trimestre 2020. La crise laissera ses effets néfastes sur l’année entière. Si la levée de confinement prévue vers le mois de mai sera effective, alors le secteur connaîtra une baisse générale de 20% cette année. Si le confinement continue jusqu’à une date indéterminée, le recul pourra encore frapper plus fort. Quelque soit l’issu de cette crise, il est temps pour les industriels de se pencher à des nouvelles stratégies pour amortir au moins le choc produit par la crise. Nul n’est à l’abri d’un échec mais il vaut mieux prévoir et imaginer toutes voies et issues possibles en considérant les contraintes actuelles.

Les ventes de véhicules d’occasion en baisse :

Moins touché que celui des véhicules neufs, le marché de véhicules d’occasion a connu une nette baisse. Toutefois, il se stagne durant les trois premiers mois de l’année. Cette situation s’explique par le fait que les véhicules d’occasion sont plus accessibles durant la période de confinement. Les procédures administratives sont plus flexibles que celles des voitures neuves. L’estimation de vente jusqu’à la fin de l’année 2020 prévoit un marché stable malgré le covid-19.

Les ventes de voitures électriques en hausse :

Les seuls véhicules qui échappent à la crise sont pour le moment les véhicules électriques. Pendant le mois de mars, la vente de ces véhicules a connu une hausse exceptionnelle de 19%. Ce constat étonnamment positif est logiquement l’effet de la politique gouvernementale qui avait pour objectif de réduire le bonus CO2 (émission de dioxyde de carbone) à 3000 euros pour les voitures dont le prix n’excède 45000 euros à partir de cette année. Toutefois, cela n’explique pas pour autant que bon nombre d’immatriculations ont été reportées en 2020 pour éviter aux gens de payer de fortes amendes liées aux émissions de CO2. Alors que l’application de cette mesure connaît une portée européenne.

Vous aimerez aussi :